La Clusaz

Un village de montagne – un village carte postale

26 janvier
0Comments

Skier en arménie

Quel ski ?

Si l’enneigement n’est pas garanti, pas plus qu’en France au demeurant, le dépaysement lui, l’est ! Le ski de piste se pratique quasi exclusivement dans la station thermale de Tsakhkadzor, à 2000m mètre d’altitude, réputée pour son ancien télésiège soviétique « 1 place » qui a laissé sa place à un plus moderne Leitner 4 places qui vous propulse à quasi 2800m d’altitude. Vous pouvez avantageusement profiter du ski de randonnée, loin de la foule des combes des Aravis, plus au sud du pays, vers le col sélim (rebaptisé début 2014 Vardenyats Pass, 2410m), ou à l’ouest, au fameux Mont Aragats (4095m)

Quelle idée ?

Pourquoi partir skier en Arménie ?

  • Des paysages uniques et une nature préservée, loin de la pression touristique des Alpes
  • La découverte d’une autre culture, avec pour base commune de discussion et d’échange le ski, pour faciliter le dialogue
  • s’imprégner et voir le développement d’une petite station de ski, un petit voyage dans le temps
  • l’envie de skier partout, de découvrir le plus de station possible
  • se mettre dans la peau d’un voyageur d’un autre temps cherchant à rallier la Russie en ski ou à réaliser une Tournée en Arménie

Quel budget ?

Le complexe de Tsakhkadzor est tout à fait abordable, comptez environ 50€ par jour et par personne, hébergement, nourriture, sorties et forfait de ski compris. Si vous préférez sortir des sentiers battus, vous pourrez faire tomber le budget et opter pour le ski de randonnées, mais prévoyez un poste « guide » et cartes. Ces dernières ne sont pas faciles à trouver et vous pouvez opter, avec les précautions de rigueur, pour des traces GPS disponibles sur internet.

Quand partir ?

Les névés sont présents à l’année sur le Mont Aragats, mais le ski se pratique principalement de décembre à avril. Attention les hivers sont très rigoureux et vous pouvez vous attendre à des -30°C.

Références

Pour partir en Arménie, d’indispensables contacts locaux :

Voyage en Arménie http://araratour.com/fr/

Le site internet de l’office de tourisme de Tsakhkadzor pour pratiquer le ski en Arménie:

http://www.winterarmenia.com/

26 décembre
0Comments

Où acheter du bon fromage dans les Aravis ?

A la ferme !

Vous trouverez les meilleurs fromages à la ferme, et plus la ferme est inaccessible, meilleur sera le fromage !

A la coopérative du reblochon fermier à Thônes !

Dans son magasin du Farto, la société de coopérative agricole du reblochon vous propose un énorme choix de fromages et de produits régionaux. Je ne vous conseille que l’achat de fromage, le seul vrai produit régional… cherchez les élevages porcins dans les Aravis et vous comprendrez vite que les saucissons de Savoie ne sont plus très locaux ! A l’exception de la confiture de myrtille et des myrtilles dans le saucisson …

Les fromages proviennent également du chablais, dont certains sont affinés à Sixt-Fer-à-Cheval dans un ancien tunnel ferroviaire !

En supermarché dans la France entière !

Vous pouvez retrouver les fromages de la coopérative de Thônes dans certains supermarchés sous la marque « La Bergère de Thônes », il s’agit essentiellement de reblochons et de tomme fermière de savoie.

26 décembre
0Comments

Que faire pendant les vacances de Noël en l’absence de neige ? La via ferrata de Thônes, dites de la Roche à L’Agathe

La réponse nous est donnée par les magasins de sport qui certes, louent du matériel de sport d’hiver (un nombre restreint  de pistes étant ouvertes malgré le faible enneigement de ce mois décembre 2014), mais qui louent également à Noël du matériel de Via Ferrata ! En effet la via ferrata de thônes est ouverte aussi bien l’hiver que l’été, sauf en cas d’enneigement ou de présence de glace sur l’itinéraire. Elle reste fermée par arrêté la nuit. Contactez l’office du tourisme 04 50 02 00 26 ou le bureau des guides pour vous assurer de son ouverture.

La via ferrata de la roche à l’agathe

Cette via ferrata est située sur l’énorme roche qui surplombe la ville de Thônes. Le départ est situé à proximité de la gare routière à 630m d’altitude, depuis le parking de la gare routière, utilisez le passage souterrain. A la sortie du passage souterrain vous trouverez à droite un calvaire, c’est le sentier de retour : ne vous engagez pas sur cette voie mais continuez tout droit jusqu’à l’hôtel de l’hermitage pour trouver le départ, à moins que vous ne soyez adapte du Geocaching, il y a en effet un trésor caché dans la via ferrata !

Le dénivelé positif est de 300m environ, la via ferrata se fait intégralement à la montée même si une partie de la descente dans les bois (très pénible pour les genous) est câblée.

Comptez 2h30 aller retour depuis le parking de la gare routière. Les temps très optimistes qui sont donnés sur internet ne tiennent pas compte des nombreux groupes présents l’été ni des temps de pause si vous souhaitez contempler un peu le paysage.

Approche dans les bois en 10 minutes environ, puis début d’une section intégralement câblée avec 2 échappatoires intermédiaire, et pour finir une section avec au choix échelle ou surplomb.

A titre de comparaison, la via ferrata est globalement beaucoup plus difficile que celle de La Clusaz, et comparable à celle du Grand Bornand (celle de Thônes est moins longue mais plus technique). Personnellement je préfère celles de La Clusaz et du Grand Bornand qui sont plus nature et moins bruyantes.

Première partie

Légère prise d’altitude avant de redescendre pour prendre un pont de singe. C’est la partie la plus impressionnante du premier tronçon. Le contact avec la roche n’est pas très important, beaucoup de barreaux ou de sente à chamois (raide) en mauvais état. A l’issue de cette partie, premier échappatoire. Cette partie est la plus longue, mais si l’on tient compte du temps de descente raccourci d’autant que vous ne montez pas, vous êtes à peu prêt à mi-parcours (retour inclus) si vous poursuivez jusqu’au sommet.

Deuxième partie

Davantage dans la roche, mais toujours de nombreux barreaux, une petite vire et une cheminée, quelques parties en très très léger dévers, des contournements de blocs. Un nouvel échappatoire vous permet de redescendre sans avoir à affronter la partie finale (la plus difficile).

Dernière partie et fin

Vous pouvez emprunter l’échelle des pompiers (itinéraire recommandé), ou le surplomb de l’ermite côté ED (extrêmement difficile), vivement déconseillé si vous n’avez pas une expérience des surplombs en escalade. Si vous pratiquez régulièrement en escalade niveau 6a avec devers, ça se fait sans difficulté, la principale difficulté est de se gérer et de ne pas se fatiguer, c’est une échelle à l’envers.

Comment éviter les accidents ?

Respectez scrupuleusement les consignes indiquées en début d’itinéraire, ne pratiquez pas l’itinéraire la nuit, renseignez vous sur les conditions d’ouverture auprès de l’office de tourisme. Il y a déjà eu plusieurs accidents mortels liés à des erreurs de manipulation du matériel.

Enfin, ce n’est pas une course, prenez votre temps et profitez de la vue surplombante sur la citée de Thônes !